Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu'est-Ce ?

  • : Le blog de Raphaël Conforti
  • Le blog de Raphaël Conforti
  • : Je vous propose un blog sur ma pomme. A croquer.
  • Contact

T'es Qui Toi ?

  • Raphaël Conforti
  • Célibataire et donc sur le marché, la question se pose: Suis-je encore potable ? Je tente de trouver des réponses...
  • Célibataire et donc sur le marché, la question se pose: Suis-je encore potable ? Je tente de trouver des réponses...

En chanson

Vous aurez noté que j'ai châpeauté certains de mes billets de titres de chansons.
Montrez-moi votre culture musicale en me nommant les interprètes !
Je vous y aide, les titres concernés sont suivi d'un astérique...

Punaise, je me "cuculise", mais il fallait bien que je le dise ! Personne n'avait relevé ce détail !
Mon prochain blog sera un blog de fan de Cloclo. Ou alors sur le crochet. Ca marche bien les blogs sur le crochet...

Sur Facebook :

logo-facebook.jpg

13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 01:39

Ça fait un peu plus d'un mois que je suis avec Agnès maintenant. Et ça se passe bien. Nos attentes sont les mêmes, nos caractères compatibles, nos corps aussi.

Il y a un peu plus d'un mois, donc, je suis allé à la poste, pour acheter un timbre supplémentaire je crois. Pour voir cette jolie demoiselle en tout cas. Il y avait un peu de monde, pas de quoi décourager en temps d'attente mais de quoi être gêné en cas de conversation orientée (orienté drague précisément) avec l'employée de la poste. Je n'aime pas ça. Alors je lui écris un petit mot :

"Je n'aime pas parler fort en public alors j'aimerais pouvoir vous inviter prendre un verre et vous connaître plus que de derrière ce guichet."

Le tout suivi de mon numéro de téléphone.

Après notre transaction commerciale à cinquante centimes, je lui remis mon papier plié en quatre. Elle sourit et le rangea dans sa poche.

Elle m'appela le soir même. Je crois qu'elle était aussi contente de m'avoir que moi qu'elle m'appelle. Nous convînmes d'un rendez-vous pour dans deux jours, un vendredi soir.

Elle voulait repasser par chez elle avant notre rendez-vous alors nous nous retrouvâmes Place Saint-Michel.

Elle était belle dans sa robe noire et blanche ! Il faut dire qu'Agnès est belle. Fine, grande (dans le mètre quatre-vingt), un beau visage avec des joues pleines et une bouche pulpeuse, encadré par une longue chevelure châtain. Elle a vingt-huit ans et une allure de mannequin, mais un mannequin qui ne défile pas car c'est une beauté fatale... une beauté fatale avec un grand nez. Ce détail ne me gène pas car un truc dans mon inconscient fait que je trouve ça charmant : Je suis souvent sorti avec des filles qui avaient un complexe, justifié ou non, avec leur nez. Agnès n'en faisait apparemment pas mais j'appris plus tard qu'elle en avait souffert à l'école (ah... la cruauté des enfants...).

Nous nous promenâmes, prîmes un verre, promenâmes à nouveau, sans cesser de discuter. Les sujets venaient d'eux mêmes, nous étions d'accord sur la plupart des choses, nous nous taquinions, ce qui est rare lors d'un premier rendez vous.

Il y a un petit restaurant sympathique pas très loin de Notre-Dame, sur l'autre rive de la Seine, après le Petit Pont. Nous dînâmes là.

Ah ! J'ai bien aimé cette soirée. Nous finîmes de bavarder sur le Petit Pont en regardant tourbillonner la Seine, passer les péniches et les bateaux-mouches. On en oublia le métro.

-Mince ! Le dernier métro ! M'exclamai-je. A minuit et demi passé, c'est fini.

-Il n'y a plus qu'a prendre un taxi, on n'habite pas très loin l'un de l'autre, on peut le partager, dit-elle.

Oui, partageons.

Je donnai la direction à prendre au taxi et à peine installés, je pris la main d'Agnès : J'avais remarqué une petite blessure récente sur le pouce gauche, de celles qu'on se fait lorsqu'un jeu avec une agrafeuse dégénère, ou avec un clou je ne sais pas.

-Tu as dû souffrir le martyr, dis-je en souriant.

J'embrassai son pouce, puis sa main à plusieurs reprises, puis, ne notant aucune opposition, sa bouche. Nous nous enlaçâmes pour ne plus décoller de tout le trajet. Je me demande ce que pouvait penser le chauffeur.

Elle n'emmena chez elle. Un appartement de jeunes employés de la poste, qu'elle partage avec deux colocataires.

-Je ne sais pas si Edwige est rentrée, mais Chantal est en vacances.

De toute manière, nous n'allions pas vérifier si Edwige était rentrée, nous filâmes directement dans la chambre d'Agnès où nous passâmes une nuit douce, chaude et moite.

Intense.

Le matin, nous prîmes le petit-déjeuner dans la cuisine. J'aime beaucoup, ce n'est jamais le même petit-déjeuner qu'à la maison. Pas les mêmes céréales...

Avant ça, je m'étais douché et remis mon jeans. Elle me prêta un T-shirt et, comme elle ne voulait pas que je remette mon boxer, un caleçon. Un caleçon vert à motifs aquatiques. Un truc d'homme.

-Il est à toi, ce caleçon ? demandai-je.

-Oui, il est à moi. J'aime bien en mettre de temps en temps, c'est confortable, dit elle pour me rassurer

Soit. Elle souriait en disant ça. C'est irrésistible.

Et Edwige s'était levée et prit son petit-déjeuner avec nous. Un peu gênés au début, c'était finalement convivial.

Je partis de chez elle un peu avant midi. Un peu fatigué mais le sourire aux lèvres, mon corps avait encore en mémoire les ébats de la nuit et gardait l'odeur d'Agnès dans la peau. Son parfum me grisait encore.

Le soir, j'avais enlevé le caleçon et en l'observant, je n'eus plus de doute, il est à elle et a toujours été à elle : il est imprégné de son parfum, cette odeur qui, à force de le porter, résiste aux multiples lavages. Les effluves uniques de son sexe, qui m'avaient transporté durant nos étreintes, étaient plus que présents, me replongeaient dans mes souvenirs de la nuit passée et me promettaient de futurs ravissements les jours et les nuits où je me retrouverai dans les draps d'Agnès, les bras d'Agnès.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Raphaël Conforti - dans Oh l'amour !
commenter cet article

commentaires

Camilla+Gallapia 29/06/2009 17:32

Ben alors, plus de nouvelles ?!
Je veux savoir la suite, moi !

Raphaël Conforti 01/07/2009 23:10


Je viendrai vous raconter la suite. Certainement.
Mais je me sens bien en ce moment, du coup pas de sentiment d'urgence, pas de mal-être à exprimer...
mais je reviens, je reviens :)


Benjamin 24/06/2009 15:59

Un blog sympa avec une écriture fluide, agréable à lire.
Bonne continuation et bonne journée

Raphaël Conforti 24/06/2009 22:01


Merci aussi :)


Arwen 22/06/2009 21:23

Très belle histoire, si joliment contée...Je suis ravie pour vous et j'espère que vous aurez encore pleins de matins qui chantent....^-^ Bises :) Au plaisir de vous lire!!

Raphaël Conforti 24/06/2009 22:01


Merci Arwen


Joy 20/06/2009 16:40

une question pour toi...vu que tu la connais...OU EST PASSEE MISS KILIMANDJARO???
Son blog n'existe plus!!!

Raphaël Conforti 21/06/2009 09:20


Je l'ignore, pas de nouvelle. Partie comme ça, Pfiout !
Elle nous a dit, avant de supprimer son blog, qu'elle avait oublié et jamais retrouvé son disque dur dans une chambre d'hotel. Comme il y avait toutes ses données dessus, elle a tout sucré avant
que quelqu'un ne puisse tout lui saloper.
J'ai bon Miss ? Tu reviendras sous une autre forme ?
Si c'est le cas fait le nous savoir !
Bise Joy


So 16/06/2009 23:21

Arf !

Ben, voilà, tu es casé... ou presque ^^

J'espère que nous continuerons à lire tes posts... Bonne continuation, en tout :)