Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu'est-Ce ?

  • : Le blog de Raphaël Conforti
  • Le blog de Raphaël Conforti
  • : Je vous propose un blog sur ma pomme. A croquer.
  • Contact

T'es Qui Toi ?

  • Raphaël Conforti
  • Célibataire et donc sur le marché, la question se pose: Suis-je encore potable ? Je tente de trouver des réponses...
  • Célibataire et donc sur le marché, la question se pose: Suis-je encore potable ? Je tente de trouver des réponses...

En chanson

Vous aurez noté que j'ai châpeauté certains de mes billets de titres de chansons.
Montrez-moi votre culture musicale en me nommant les interprètes !
Je vous y aide, les titres concernés sont suivi d'un astérique...

Punaise, je me "cuculise", mais il fallait bien que je le dise ! Personne n'avait relevé ce détail !
Mon prochain blog sera un blog de fan de Cloclo. Ou alors sur le crochet. Ca marche bien les blogs sur le crochet...

Sur Facebook :

logo-facebook.jpg

25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 00:56

                                              Voilà, pas plus...


A plusieurs reprises dans ce blog, j'y ai fait allusion et un nouveau lecteur, qui m'a fait l'honneur de sa visite, m'en a parlé aussi. Alors j'ai envie de parler café. D'abord un café, un espresso, car c'est ce que je préfère, c'est beau. Avec sa crème dense, couleur noisette, son odeur... c'est un truc qui me fait approcher du bonheur. C'est lié aux souvenirs : J'ai pris mes premiers cafés avec ma mère dans la cuisine lorsque j'étais adolescent et dans le même temps au bar en face du lycée avec les copains et copines; celui là était mauvais mais mon goût n'était pas encore affirmé.

C'est par la suite que mon oncle Angelo, en Italie, m'avait emmené dans un bar et il m'a tout dit. Je vous le fais en V.F :

-D'abord, un espresso, si ça s'appelle un espresso c'est parce que ça se boit vite. Ça se prépare vite mais ça se boit surtout vite tant que c'est chaud. Et dans la tasse, il n'y en a que pour deux gorgées, ou trois. Un espresso, ça se boit en deux ou trois gorgées, pas plus. Debout au comptoir.

C'est tout ce qu'il y a à savoir.

Je ne suis pas un accro, je bois un, deux ou trois cafés par jour. Parfois pas du tout. Je me considère plus comme un amateur. Je préfère en boire des bons même si parfois, je me laisse prendre par l'envie et vais en commander un dans le premier bar venu. Mais là, c'est avant tout pour la convivialité : c'est parce que je suis accompagné. En Italie, j'en bois entre sept et dix par jour. Pour la convivialité aussi : la cafetière moka est presque toujours sur le feu et on prend le café en famille. Puis dans la rue, je peux m'arrêter, entrer dans un bar, boire un café et ressortir : c'est l'espresso.

L'été dernier, j'étais en Italie. Je devais retrouver une amie pour passer la journée avec. J'arrivais gare de Bari Centrale, j'étais en avance. Une fois descendu du train, je sortis de la gare, je ne voulais pas aller dans le bar du hall : trop grouillant. Je me retrouvai donc sur la grande place Aldo Moro avec ses palmiers. Il était dix heures et il faisait beau. J'entrai dans un tout petit bar. La seule table était occupée par un retraité qui lisait son journal. Je restai devant le comptoir et commandai un espresso. Je regardais le vieux barman pendant qu'il exécutait la préparation. Ses gestes étaient précis, on voyait le métier. Sans compter qu'il avait réglé sa machine comme il se doit pour sortir en vingt secondes précises ces deux gorgées de concentré de plaisir noir. Il posa la tasse et sa soucoupe sur le comptoir en marbre gris. Il faisait beau, le ciel était bleu, je voyais les palmiers sur la place, je ne pensais à rien d'autre et c'était le bonheur. A cet instant précis, parce que les conditions étaient réunies et que le café, son odeur, les portait jusque dans mon esprit, que le barman me paraissait sympathique et que son café était beau, j'atteignis un état de plénitude comme rarement j'eus. Je regardais un instant la demi cuillère à café de sucre flotter sur la crème avant de le mélanger et de le boire. Je réglai les quatre-vingt centimes et partis.

Il n'y a qu'avec un café, un espresso, que j'ai pu avoir cette expérience.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Raphaël Conforti - dans Ma pomme
commenter cet article

commentaires

Léa 31/07/2009 23:01

serge gainsbourg

Raphaël Conforti 31/07/2009 23:42


Tu répètes... Gainsbourg, déjà dit :)
Je te préviens, il n'y a pas de gain à ce petit jeu :)


La benjamine 27/04/2009 10:58

...que j'aime ta couleur café! fastoche c'est Gainsbourg ;)
Très jolie romance autour du café. Perso je préfère le café "light" : un expresso + un volume d'eau... oui je sais, comment peut-on faire ça à un "caffè"....
Prochain artice sur les vacances en Normandie? Je vois déjà le tire: Made in Normandie*
Ca en jette non?

Raphaël Conforti 27/04/2009 23:32


Ouais Fastoche ! Et le précédent article ? Tu l'as zappé ? :-)


TiteZoulette 26/04/2009 17:43

Franchement, ça dépend... si on a faim... je vote pour le pâté !!! :)

Raphaël Conforti 26/04/2009 20:22


Ouais, mais ça fait moins rêver. Quoique.
...
Un soir d'hiver j'étais chez moi dans la cuisine et j'avais sorti ce pâté de campagne du frigo. Un petit pâté du marché. Je l'ai mangé sur une tartine de pain accompagné d'un Côte du Rhone sympa et
là, c'est toute mes vacances en Normandie qui me sont revenues, Joël, Jojo, dans la porcherie avec ses bottes verte. c'était émouvant...


Radada 26/04/2009 15:24

Tout ça pour un café... Bientôt tu vas nous parler de la volupté d'un pâté en croute ? Ou alors tu vises une collaboration avec Coffe ?

Raphaël Conforti 26/04/2009 15:52


Avoue qu'un café a beaucoup plus de charme qu'un pâté en croûte !


Calia 25/04/2009 23:24

Moi, c'était hier soir ... accoudée au bar, regarder le garçon préparer un latté, me le tendre, occuper l'espace avec ses deux bras puissants et me souhaiter une "belle soirée, mademoiselle" ... mais c'est un tout autre concept :-)