Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu'est-Ce ?

  • : Le blog de Raphaël Conforti
  • Le blog de Raphaël Conforti
  • : Je vous propose un blog sur ma pomme. A croquer.
  • Contact

T'es Qui Toi ?

  • Raphaël Conforti
  • Célibataire et donc sur le marché, la question se pose: Suis-je encore potable ? Je tente de trouver des réponses...
  • Célibataire et donc sur le marché, la question se pose: Suis-je encore potable ? Je tente de trouver des réponses...

En chanson

Vous aurez noté que j'ai châpeauté certains de mes billets de titres de chansons.
Montrez-moi votre culture musicale en me nommant les interprètes !
Je vous y aide, les titres concernés sont suivi d'un astérique...

Punaise, je me "cuculise", mais il fallait bien que je le dise ! Personne n'avait relevé ce détail !
Mon prochain blog sera un blog de fan de Cloclo. Ou alors sur le crochet. Ca marche bien les blogs sur le crochet...

Sur Facebook :

logo-facebook.jpg

15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 19:08

  Vendredi, c'était l'anniversaire de Georges, un ami commun à Rémi et moi. Georges, c'est Monsieur Plomb. On l'appelle comme ça parce que c’est un ancien sprinter qui faisait et fait toujours de la musculation. Il est donc tout raide. Quand il se déplace, on dirait un bloc. On se marre toujours quand on parle de lui mais c’est un type très sympathique, genre prêt à rendre service quand on a besoin de lui et qui le fait toujours en souriant. Il possède ce calme qu’ont les gens qui en imposent. Comme il doit peser un quintal pour un mètre quatre-vingt, qu’il s’habille sobre et chic et qu’il est Camerounais cultivant son look de Noir chauve dans la salle de sport qu’il dirige, il en impose.

Quarante ans ans, c’est rond. Il a voulu fêter ça et inviter beaucoup d’amis dans une salle qu’il a louée pour faire une vraie grande et belle fête. Georges, c’est un mec "hype" tu vois, alors sa fête, elle était classe, comme lui. Pas une foire. Il a fait ça dans une belle salle, avec un bar bien fourni et un bon Dee-Jay. Pas un type qui passe des disques, non, un mec qui fait des vrais mixes avec de la musique de bonne qualité, pas Top 50, sauf exception.

J’étais donc invité et je suis venu avec Laetitia. Nous devions retrouver Rémi et Géraldine sur place.

J’ai été assez sage, j'étais encore un peu fatigué. Je suis donc resté au bar.

Rémi est venu me retrouver pendant que je sirotais un Dry Martini. Oui, je suis dans un trip James Bond en ce moment et en plus c'est bon ce machin. Ne vous inquiétez pas, je ne me suis pas pour autant mis en smoking. Après avoir avalé l'olive qui était dans le verre, je lui demandai :

"Muriel n'est pas venue ?

- Non ! On n'est plus ensemble ! Il criait pour que sa voix puisse passer au dessus du Let's Groove qui venait de commencer pour faire danser la foule. J'ai laissé tombé ! Pas vraiment la même conception de la vie et en plus, les franges, je m’y ferais jamais ! Dit-il, à peine ironique. Il poursuivit :

-Et j'ai rencontré Aline ! Au même moment, il désigna une jeune femme qui se trémoussait sur la piste. Pas mal du tout...

- Sympathique ! Dis-je en souriant.

- Sympathique ? Elle est belle comme une aurore boréale ! Comme un printemps en Toscane ! Elle sent mille fleurs et a des cheveux flamboyants comme un feu de la Saint Jean ! Elle a des yeux bleus comme le ciel et la mer réunis... et un cul comme ça ! Il écarta les mains l'une de l'autre pour me signifier une largeur conséquente.

Il est poète à ses heures, Rémi.

- Et Laetitia ? Me demanda t-il, Tu ne m’en a pas énormément parlé…

Le fond sonore continuait sur un mix années quatre-vingt de bonne tenue.

- Oui, c'est vrai ! Elle est adorable mais un peu..."

Des cris éclatèrent. On approchait de minuit, le Dee-Jay avait mis une musique à propos et tous le monde criait ou chantait  "Joyeux anniversaire". Je me suis fait surprendre. Laetitia accouru pour m'embrasser en me criant dans les oreilles qu’elle adorait cette fête et qu’elle allait embrasser Georges. Enfin, je crois car tout était recouvert par des cris de joie, la musique et au fait que mes oreilles étaient arrivées à saturation.

Quelques personnes, parmi les plus proches de Georges, avaient suivi Laetitia et étaient allé l’embrasser ou lui serrer la main. Je la découvre Laetitia : Elle n’avait jamais vu Georges avant ! Rémi, Aline qui avait perdu son parfum de fleurs à force de danser, Géraldine au bras d'un type dont je n'entendrai peut-être jamais parler et quelques autres. J'aime bien ces effusions de joie même si je ne m'y sens jamais vraiment inclus. Ou alors après quatre vodkas et cinq ou six bières. Et là je n'en étais qu'à mon troisième cocktail et de toute manière je ne bois jamais autant (sauf une fois, c'est pour ça que je sais ce que ça fait).

Laetitia me prit soudainement par le bras et me fit sortir. Elle m'enlaça et m'embrassa sur le trottoir. C'était intense. Puis elle s'arrêta net.

"On y va." Dit elle. Je la soupçonnai alors d’être allé voir Georges tout à l’heure pour lui dire que nous partions, en fait.

Elle m'emmena chez elle où nous continuâmes ce que nous avions commencé sur le trottoir. Elle enleva son gros manteau en laine. Elle était en jupe et en bas. Elle n'enleva pas ses chaussures, elle me fit asseoir sur la chaise en bois de son bureau, déboutonna mon pantalon, enleva son string, défit mon boxer et s'empala sans attendre sur mon pénis qui avait eu quand même le temps de prendre une forme convenable pour pouvoir y dérouler un condom.

Ce fut rapide mais la jouissance fut intense pour tous les deux.

Nous nous déshabillâmes, prîmes une douche ensemble et nous couchâmes. Je m'endormis rapidement, il était deux heures.



J'ouvris les yeux. C'est une caresse qui m'avait réveillé. Je jetai un œil au réveil: trois heures moins le quart. Laetitia me caressait l'entre jambe et j'étais en érection. Elle voulait remettre ça. Bon...

« T’es pas fatiguée toi ? Demandai-je.

- Non, j’ai envie de toi. » Et elle me colla sa langue au fond de la gorge. Ce fut un long baiser, langoureux et très humide qui finit de me réveiller. Nos ébats durèrent presque deux heures avant que je ne m’écroule, extatique mais assommé. Cela ressemble à des plongés en apnée où l'on découvre mille merveilleuses choses...

Finalement pas mal ma soirée d’anniversaire. Je ne vous dis pas ce que nous avons fait au réveil. Elle s’était réveillée avant moi bien sur… Et nous avons passé notre journée du 14 février sous la couette, à ne pas récupérer de notre soirée précédente.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Raphaël Conforti - dans Oh l'amour !
commenter cet article

commentaires

beaverstef 26/02/2009 17:49

Pffffff trop facile!!! Rire
A très vite.... bisous

beaverstef 25/02/2009 21:01

Gainsbourg!!! J'ai gagné quoi? Je veux mon cadeau!!!!!!! rire
Rigolo comme jeu... Quel homme ce raphaël.... rire
Bisous

Raphaël Conforti 25/02/2009 21:24


Mon estime bien sûr ! ;-)


Adèle 18/02/2009 16:47

Bon Anniversaire Raphaël,mais je constate qu'il a été dignement fêté.Toutes ces extases hummm ça fait rêver.Suis en période creuse en ce moment euh.....non je te drague pas.Bises.

Raphaël Conforti 21/02/2009 21:59


Ce n'était pas mon anniversaire... Je transmettrai à Georges :-)


Dgina 18/02/2009 15:51

les femmes sont plus exigeantes mais moins dures à satisfaire que les hommes, finalement... :o)

La cadette 16/02/2009 09:04

Elle est un peu quoi? Qu'est ce qui cloche encore môssieur l'éternel insatisfait?